Contributrices et contributeurs

Cécile Brochard (MCF en littératures comparées, Nantes Université)

C’est de la rencontre avec l’univers guarani déployé magistralement dans l’œuvre du Paraguayen Augusto Roa Bastos qu’est né mon intérêt pour les langues et les littératures autochtones américaines. Après une thèse en littératures comparées sur les romans du dictateur à la première personne menée à l’Université de Nantes sous la direction d’Alain-Michel Boyer, j’ai poursuivi mes recherches sur les liens entre littérature et politique en m’intéressant aux auteurs plurilingues faisant le choix d’écrire dans leurs langues maternelles ou dans les langues autochtones qui innervent leurs imaginaires. Mes travaux se consacrent aujourd’hui aux langues et aux littératures autochtones d’Amérique et d’Australie, aussi bien dans mes recherches que dans mon enseignement à Nantes Université, où j’ai également le plaisir d’encadrer plusieurs étudiantes et étudiants de Master sur les littératures autochtones. Grâce à l’apprentissage du guarani dispensé à l’INALCO, je travaille en collaboration avec Joaquín Ruiz Zubizarreta (EHESS, Paris) sur l’univers guarani qui innerve l’œuvre de Roa Bastos : Yñipyru et autres textes, notre traduction inédite depuis l’espagnol et le guarani du Paraguay, de poèmes, textes critiques et nouvelles de Roa Bastos, est à paraître aux Classiques Garnier au printemps 2024 dans la collection “Littératures du monde”. Pour mettre en lumière la richesse des littératures autochtones du Canada, j’organise en mars 2024, avec Yann Lignereux (professeur d’Histoire moderne, Nantes Université), un événement culturel et scientifique consacré aux paroles autochtones du Canada francophone contemporain. Je souhaite consacrer mon HDR aux enjeux décoloniaux des littératures autochtones d’Amérique et d’Australie. C’est dans la perspective de montrer la vitalité de ces littératures et l’actualité de la recherche qui s’y consacre que j’ai créé ce carnet de recherche en juin 2023 ; j’en remercie les chercheur.es qui participent généreusement à lui donner vie.


Annaëlle Carval (master en littératures comparées, Nantes Université)

Etudiante en Master 1 Arts, Lettres et Civilisations, parcours Lettres-Langues (Anglais) à Nantes Université, je prépare également un Diplôme Universitaire de Management Interculturel, Chine-Occident, à l’Université d’Artois (année académique 2023-2024). Intéressée par les enjeux liés à l’interculturalité, j’ai participé à ce carnet de recherche pour découvrir des littératures qui m’étaient encore méconnues, en particulier dans l’espace sud-américain.


Mylène Charon (docteure en littératures comparées, CY Cergy Paris Université)

J’ai découvert l’art aborigène australien alors que je travaillais dans une grande maison de vente aux enchères d’œuvres d’art à Paris. J’ai décidé de reprendre mes études et de mener une thèse de doctorat en littérature comparée, que j’ai soutenue en 2020 sous la direction de Rémi Astruc. Ce travail porte sur la poésie et l’art contemporains des femmes autochtones d’Australie et s’intéresse en particulier à l’imbrication des rapports de pouvoir, notamment à l’intersection du sexe et de la race. Depuis, en tant que chercheuse associée au laboratoire Héritages (CYU / CNRS / Ministère de la Culture), j’ai notamment contribué aux ressources produites sur Carpentaria d’Alexis Wright (Waanyi) pour préparer les étudiant.es au concours de l’agrégation d’anglais en 2022-2023. Mes derniers travaux s’étendent aux littératures polynésiennes francophones autochtones, dans une perspective comparatiste, à l’instar de cet article sur les métaxtualités décoloniales avec Temiti Lehartel dans la revue eTropic. Enseignante de littérature française aux niveaux collège, lycée et supérieur, je suis également professeure de français en tant que langue étrangère. Je vis entre la France et la Tasmanie. 


Julian Dufay (master en littératures comparées, Nantes Université)

J’ai obtenu mon Master Monde du Livre à Aix-Marseille Université en 2022. En mémoire de première année, j’ai travaillé sur l’héritage du Dirty South dans le roman de Jesmyn Ward, Sing, Unburied, Sing (Le Chant des revenants, Belfond) puis ai continué en master 2 avec un mémoire sur la représentation des minorités dans la littérature young adult en France entre 2012 et 2022. Afin de continuer dans la recherche, j’effectue un master de littérature comparée à Nantes Université pour travailler sur les notions de corps et matière dans la littérature du sud des Etats-Unis et dans la littérature antillaise. Je suis actuellement en stage en collection de littérature étrangère dans la maison d’édition Fayard.  


Pauline Franchini (MCF en littératures comparées, Université Jean Moulin Lyon 3)

Je suis maîtresse de conférences en littératures comparées à l’Université Jean Moulin Lyon 3 et j’enseigne principalement les littératures caribéennes et brésiliennes, les littératures des minorités et la littérature de jeunesse. En 2021, j’ai soutenu à l’Université de Bourgogne une thèse intitulée La littérature de jeunesse contemporaine des Amériques à la croisée des minorités. Ce travail interroge le concept de littérature mineure à partir de l’œuvre contemporaine d’auteurs et d’autrices écrivant à la fois pour les adultes et pour les enfants, et dont certain·e·s appartiennent à des communautés autochtones : Daniel Munduruku au Brésil, Louise Erdrich aux États-Unis.


Alexandre Lebreton (master en littératures comparées, Nantes Université)

Actuellement en première année de Master de recherche en littératures françaises et comparées à l’Université de Nantes, j’ai obtenu une licence en Lettres Modernes dans cette même université après deux ans de classe préparatoire au lycée Clemenceau de Nantes. Je m’intéresse aux dramaturgies extra-européennes (et plus particulièrement autochtones) contemporaines. Le corpus de mon mémoire, dirigé par Cécile Brochard (MCF en littératures comparées à l’université de Nantes) et par Isabelle Ligier-Degauque (MCF en arts du spectacle à l’université de Nantes), se compose de The Rez Sisters de Tomson Highway, de Only Drunks and Children tell the Truth de Drew Hayden Taylor, et de La Cendre de ses Os de Dave Jenniss. Mon travail de recherche, entre la littérature comparée et les études théâtrales, s’intéresse aux dynamiques de mouvement et aux enjeux familiaux que soulève la mise en scène de la réserve.


Mathilde Lemallier (master en littératures comparées, Université Paris Cité)

Originaire de l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon (Amérique du Nord), je travaille depuis ma première année de master en littérature générale et comparée sur la poésie arctique et subarctique, plus particulièrement sur la poésie autochtone des peuples Innu, Inuit, ou encore Sâme. Tout au long des mémoires de première année et de deuxième année de master menées à l’Université Paris Cité, sous la co-direction de Cyril Vettorato (Université Paris Cité) et Cécile Brochard (Nantes Université), j’ai exploré les différents enjeux qui irriguent les vers d’une littérature polyphonique, émanant de territoires qui partagent pour la plupart l’expérience traumatisante de la colonisation européenne. Comment définir et redéfinir le Nord à partir d’un point de vue endogène ? Qu’est-ce que la poésie du Nord ? Existe-t-il des constantes qui permettent de former un champ référentiel, stylistique, métaphorique autour de la question du Nord ? Quel(s) rapport(s) entre l’identité, le territoire et la langue sont explorés par le prisme de la poésie autochtone ? Le corpus travaillé regroupe plusieurs voix des espaces bordant ou dépassant le cercle polaire arctique ; il ne cherche pas à tirer un trait d’union entre différentes communautés mais plutôt à comprendre quels sillons chacune d’entre elles emprunte pour se réapproprier les héritages abîmés par les rouages de la colonisation, et en quoi ces sillons peuvent parfois se faire écho. La poésie du Nord entremêle sensible et organique, intérieur et extérieur, temps passé et temps futur, espoir et pessimisme. Je travaille actuellement à l’élaboration d’une thèse dans le cadre d’un doctorat au sein du Laboratoire Imaginaire Nord à l’UQAM (Montréal, Québec) ; cette recherche doctorale est articulée autour de la question des matières poétiques, notamment de la neige comme motif investi par les vers et permettant par effet métonymique de désigner le Nord.


Marie Lucas-Evin (master en littératures comparées, Nantes Université)

L’héritage des traumas des populations dépossédées de leur terre, de leur culture, de leur langue et de leur famille, s’impose aux descendants. Des voix qu’on a empêchées demandent à se faire entendre, réclament réparation ou explication, et la littérature offre un espace privilégié où cette parole peut émerger. Étudiante en 1ère année de Master recherche en littératures comparées à Nantes Université, sous la direction de Cécile Brochard, je souhaite axer mes recherches sur la façon dont les descendants de ces populations font face à cet héritage. Ont-ils le choix ou non de l’accepter ? Quelles conséquences cela a-t-il d’affronter cette histoire et de tenter d’y apporter des réponses, quelles conséquences si l’on choisit de l’ignorer ? J’envisage d’examiner la façon dont ces questions sont posées dans l’espace littéraire nord-américain et australien contemporain, notamment dans les romans Beloved de Toni Morrison et The Yield de Tara June Winch.


Georges de Medts (ATER, doctorant en cinéma et civilisation nord-américains, Aix-Marseille Université)

J’ai obtenu mon Master à l’Université de Nice (actuelle Université Côte d’Azur) en 2018 et j’ai passé deux ans à Hartwick College, dans l’État de New York, en tant que professeur-assistant de français, de 2018 à 2020. Je fais une thèse depuis 2020 sur l’auto-représentation dans le cinéma autochtone à Aix-Marseille Université, et je vis actuellement à Aix-en-Provence.


Solène Méhat (docteure en littératures comparées, Université Paris VIII)

Je suis agrégée et docteure en Littératures comparées, diplôme obtenu à l’Université Paris VIII sous la direction de Lionel Ruffel et mon travail porte sur l’adoption des formes poétiques par des auteurs et autrices venant de communautés marginalisées dans les Amériques. Mon intérêt pour ces littératures s’est développé suite à un semestre d’échange à San Francisco State University effectué au cours de mon Master de Littératures Comparées. J’y ai découvert des créations poétiques autochtones dynamiques, touchantes et interpellantes, car à la fois proches et éloignées des objets littéraires avec lesquels j’étais familière. J’ai ensuite élargi mon objet d’étude aux poésies mapuches et aux poésies afro-descendantes, notamment écrites dans les Caraïbes. J’étudie la manière dont l’adoption de formes littéraires issues de la culture occidentale permet à la fois une survivance, une résistance et une continuité avec des formes traditionnelles des communautés d’origine des poètes. Je m’intéresse également à la manière dont ces créations sont des vecteurs d’affects marqués par des événements traumatiques, et aux questions de réceptions variées des textes selon le lectorat.


Franck Miroux (PRAG, docteur en études anglophones, Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Je suis professeur agrégé d’anglais, docteur en études anglophones et qualifié aux fonctions de maître de conférences. Ma thèse de doctorat, intitulée Les pensionnats indiens du Canada et le rétablissement d’une indianité volée : de l’historiographie au récit de fiction, s’intéressait aux diverses formes de contribution à l’historiographie des pensionnats indiens du Canada (archives, CVR, témoignages, récits de fiction) et à la résurgence de récits empêchés après plus d’un siècle de politiques assimilationnistes. Titulaire d’un poste à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (département des Langues étrangères appliquées), je suis membre du laboratoire de recherche ALTER. Mon parcours scientifique s’articule autour de deux thématiques : les littératures et les cultures autochtones d’Amérique du Nord d’une part, et la traduction littéraire. J’ai organisé diverses manifestations scientifiques ciblées sur ces questions et j’ai participé à la direction de deux ouvrages : Poétique et Traduction, que j’ai codirigé avec Bénédicte de Buron-Brun et qui est paru en 2012 aux Presses Universitaires de Sainte Gemme, et Les pratiques de vérité et de réconciliation dans les communautés émergeant de situations violentes ou conflictuelles, paru en 2020 aux presses de l’Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie, ouvrage que j’ao codirigé avec Joana Etchart. Mon CV complet est disponible en ligne.


Marie Mossé (ATER, docteure en littératures comparées, Université Gustave Eiffel)

Agrégée de Lettres modernes, je suis actuellement Attachée temporaire d’enseignement et de recherche en Littératures comparées à l’Université Gustave Eiffel (Marne-la-Vallée). J’ai soutenu en 2022 une thèse de doctorat intitulée « L’invention du voyage d’Islande au XIXe siècle : genèse, contexte et enjeux d’une forme littéraire », que j’ai préparée dans le cadre d’une cotutelle internationale entre l’Université de Lorraine et l’Université du Québec à Montréal, sous la direction conjointe d’Alain Guyot et de Daniel Chartier. Mon parcours doctoral, qui m’a conduite à séjourner pendant de longues périodes à Montréal, m’a permis de travailler en tant qu’assistante de recherche au sein du Laboratoire international de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique entre 2019 et 2021. C’est en menant ces activités que j’ai commencé à explorer les littératures inuites du Canada (Nunavik, Nunavut, Nunatsiavut) et du Groenland (Kalaallit Nunaat). Sous la direction de Daniel Chartier, j’ai ainsi coordonné un projet de recherche et de mise en valeur de ces littératures, qui a concrètement débouché sur la mise en ligne du site web « Littératures inuites ᐃᓄᐃᑦ ᐊᓪᓚᒍᓯᖏᑦ Inuit Literatures ». Ce site, évolutif, recense les œuvres et les biographies de plus d’une centaine d’auteur.es inuit.es, de manière à les porter à la connaissance du plus grand nombre, mais aussi à produire une chronologie d’histoire littéraire et culturelle comparée pour les territoires concernés par notre recherche. Entre 2021 et 2023, j’ai eu l’occasion de proposer à mes étudiant.es un cours d’introduction aux littératures inuites, à l’Université Sorbonne Nouvelle, puis à l’Université de Lorraine. Chercheure associée au Laboratoire international de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique, je poursuis actuellement le travail d’enrichissement du site web et ne perds jamais une opportunité de continuer à découvrir et à faire connaître les littératures inuites ! Pour mener à bien ma recherche sur ce corpus plurilingue, mes langues de travail sont le français, l’anglais et le danois, mais j’espère pouvoir bientôt m’initier à l’inuktitut et au kalaallisut.


Damien Mougeot (doctorant en littérature française et comparée, CY Cergy Paris Université, et en études littéraires, Université de Laval, Québec)

Après avoir effectué un Master en Littératures française et francophones à CY Cergy Paris Université où j’ai pu écrire un mémoire de recherche sur la géopoétique du trauma dans Champion et Ooneemeetoo de Tomson Highway et Jeu Blanc de Richard Wagamese, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure qu’est le doctorat. Je travaille, non plus sur les littératures autochtones anglophones, mais cette fois-ci sur un corpus uniquement francophone. Sous la direction d’Anne-Marie Petitjean à CY Cergy Paris Université et de Marie-Ève Bradette à Laval (Québec), nous souhaitons interroger la façon dont la littérature francophone – c’est-à-dire la façon de penser l’artistique dans la langue française – peut changer l’imaginaire contemporain sur l’histoire et l’héritage des pensionnats du Québec. Le résumé de ma thèse en cours et mon CV sont disponibles en ligne.


Anthéa Philothée (master en littératures comparées, Nantes Université)

Étudiante en deuxième année de Master de Recherches en littérature à l’Université de Nantes et diplômée d’une Licence en Lettres Modernes de l’Université de Caen, je m’intéresse à la pluralité poétique dans la poésie autochtone nord-américaine, sous la direction de Cécile Brochard. Mon corpus comprend deux œuvres de Rita MestokoshoNée de la pluie et de la terre (Éditions Bruno Doucey, 2014) et  Atiku utei / Le cœur du caribou (Mémoire d’encrier, 2023), l’anthologie How We Became Human de Joy Harjo (W. W. Norton, 2002) et Storyteller de Leslie Marmon Silko (Penguin Books, republié en 2012). Mon travail de recherche comparatiste s’intéresse à l’association des arts, des genres et des langues dans la poésie de ces auteures.


Oumaïma Sabri (master en littératures comparées, Nantes Université)

Marocaine de 24 ans nouvellement installée en France, je poursuis actuellement mes études en deuxième année de Master en littératures comparées à Nantes Université, où je travaille à la traduction d’une œuvre autochtone anglophone sous la direction de Cécile Brochard. J’ai obtenu une Licence d’excellence en Études Françaises et Éducation, avec un parcours axé sur la langue, la culture et la littérature françaises, suivie d’un Master en Francophonie Politique, Linguistique et Éducative à l’Université Mohamed V de Rabat, au Maroc. Mon intérêt pour la littérature autochtone n’est pas fortuit : il a été suscité par un cours intitulé “Littérature amérindienne, canadienne et québécoise”, dispensé par Nadia Chafik (Université Mohamed V de Rabat).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search