Mitiarjuk Nappaaluk (Inuk)

par Marie Lucas-Evin

Sanaaq est un roman écrit en plusieurs fois, du début des années 1950 à la fin des années 1970, par Mitiarjuk Nappaaluk, Inuk[1] du Nunavik, territoire appartenant à la région administrative du Nord-du-Québec. Ce roman raconte la vie quotidienne des Inuit, sur une période qui couvre la période d’écriture. Le lecteur découvre la vie sous la tente ou l’igloo, les mésaventures liées aux aléas climatiques (fonte du toit de l’igloo, tente inondée), la constante quête de nourriture et de petit bois pour se chauffer ou faire chauffer le thé, les dangers de la pêche sur la banquise ou de la chasse, les blessures, les naissances, les relations intrafamiliales et à l’intérieur de la communauté, les premiers contacts avec les missionnaires chrétiens, les modifications du mode de vie (emploi salarié des hommes, versement d’allocations aux vieillards et aux enfants mineurs…), les croyances…

Le roman est truffé de vocabulaire inuk, ce qui donne un aperçu de la relation des Inuit au monde qui les entoure et possède une valeur précieuse d’un point de vue ethnographique. Au-delà de ce témoignage vivant sur le quotidien d’un peuple qui affronte des conditions d’existence difficiles et sur les transformations liées à l’arrivée des colons sur son territoire, le parcours de l’autrice est, en lui-même, édifiant et digne de l’admiration qui transparaît dans l’avant-propos et la postface que lui consacre son traducteur, Bernard Saladin d’Anglure.

En effet, Mitiarjuk Nappaaluk a reçu l’enseignement des tâches traditionnelles par les femmes de sa famille, mais aussi des secrets de la chasse par son père qui, de santé fragile, a dû souvent la laisser partir seule à la recherche de gibier.

Elle ne savait ni lire ni écrire les caractères alphabétiques utilisés pour les langues européennes. Cependant, elle fut remarquée très tôt par les pères missionnaires qui voulaient se perfectionner dans l’usage de l’inuktitut. L’un d’eux, le révérend père Lucien Schneider, qui travaillait à l’élaboration d’un dictionnaire inuit/français, lui confia des cahiers en lui demandant d’écrire des phrases contenant le plus de mots possibles de la vie quotidienne. Elle commença donc à écrire, dès que ses tâches quotidiennes lui en laissaient le temps. Pour cela, elle utilisait les caractères syllabiques créés par les missionnaires wesleyens pour faciliter l’adhésion des Cris, peuple sans écriture, au christianisme. Ce système fut adapté à la langue inuit de l’actuel Nunavik et du Nunavuk, par d’autres missionnaires. Puis, se lassant de ce type d’écriture, Mitiarjuk Nappaaluk se laissa aller à son imagination et inventa des personnages, dont elle décrivit la vie quotidienne, notamment avant l’arrivée des Blancs. Pour répondre néanmoins à la demande du révérend père, elle émailla son texte de mots en inuktitut (près de 3000 termes). L’écriture fut interrompue à plusieurs reprises à cause de problèmes de santé de l’autrice.

Bernard Saladin d’Anglure, traducteur de Sanaaq, écrit que Mitiarjuk Nappaaluk « est progressivement devenue, parmi les siens, une médiatrice entre les hommes et les femmes, et entre les générations » et qu’elle « était, de son vivant, dans son village de Kangiqsujuaq, la personne la plus estimée tant chez les hommes que chez les femmes. »

L’autrice a participé à des débats scientifiques, une émission de télévision de la série « Femmes d’aujourd’hui » lui a été consacrée au Canada en 1977 et, en 1999, la Fondation Nationale des réalisations autochtones du Canada lui décerna son prix d’excellence. En outre, bien que n’ayant jamais été à l’école, elle a reçu en 2000 un doctorat honoris causa de l’Université McGill pour sa contribution au développement de la langue et de la culture inuit au Nunavik. Elle devint en 2004 membre de l’Ordre du Canada.

L’anthropologue Bernard Saladin d’Anglure eut connaissance du manuscrit lors d’une visite au père Lechat, pendant un séjour dans l’Arctique québécois, mais ne rencontra l’autrice qu’en 1961, date à laquelle il parvint à la convaincre de reprendre l’écriture. Il décida de consacrer ses recherches doctorales à la diffusion de cette œuvre originale et reçut l’appui du Laboratoire d’anthropologie sociale fondé par Claude Lévi-Strauss en 1960, ainsi que le financement d’une mission de dix-huit mois par le CNRS. Dans les faits, ce travail de translittération et de traduction, mené de concert avec Mitiarjuk Nappaaluk, demanda plusieurs années, pour aboutir en 1983 à une première publication en écriture syllabique normalisée, par l’association Inuksiutiit (Québec), avec l’aide du ministère des Affaires culturelles du Québec. Puis, Bernard Saladin d’Anglure reprit ce travail pour le rendre accessible aux non-Inuit et Sanaaq fut publié dans une version en français par les éditions Stanké (Montréal) en 2002, aujourd’hui épuisée. Enfin, l’anthropologue révisa à nouveau le texte et le lexique à la demande des éditions Dépaysage pour aboutir à une nouvelle publication en 2022.

Mitiarjuk Nappaaluk, en inuktitut ᒥᑎᐊᕐᔪᒃ, née en 1931, est décédée en 2007. Elle est considérée comme une pionnière de la littérature inuit.

Écouter le documentaire sur Sanaaq diffusé dans l’émission IDEAS de CBC.


[1] Bernard Saladin d’Anglure, professeur émérite en anthropologie à l’Université de Laval à Québec, a choisi d’être fidèle à la tradition des auteur.e.s parlant la langue inuit, en écrivant au singulier « Inuk », au pluriel « Inuit » et en n’accordant pas en genre et en nombre l’adjectif « inuit ».



Citer ce billet
Collectif "Littératures autochtones", coord. Cécile Brochard (2024, 17 avril). Mitiarjuk Nappaaluk (Inuk). Littératures autochtones (Amérique - Australie). Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8ew

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search