Poésie Guarani (éd. Rubén Bareiro Saguier et Carlos Villagra Marsal)

par Annaëlle Carval

Poésie Guarani est une anthologie trilingue qui rassemble les mythes et les productions poétiques guarani de leurs origines à nos jours, dans les langues guarani, espagnole et française, publiée aux éditions Patiño en 2000. À l’exception des chants qui ouvrent le recueil, respectivement recueillis en guarani et traduits en espagnol par León Cadogan et Carlos Martínez Gamba, les traducteurs du guarani à l’espagnol sont Rubén Bareiro Saguier et Carlos Villagra Marsal, et la traduction du guarani au français est l’œuvre d’Anne Michon.

Dans l’introduction écrite par Rubén Bareiro Saguier, le lecteur apprend que les Guarani sont très présents au Paraguay. Si la conquête espagnole n’a pas entraîné l’extinction des Guarani, un métissage s’est largement opéré entre les deux peuples, avec une conservation de la langue guarani comme seconde langue officielle au Paraguay et l’utilisation de ses méthodes agricoles pour développer le commerce. Cette permanence des communautés Guarani et l’importance de leur culture et de leur langue au Paraguay n’ont pas empêché les entreprises d’acculturation et de colonisation, comme en témoignent de nombreux poèmes de cette anthologie.

Recueil trilingue où le texte guarani s’accompagne d’une traduction espagnole et d’une traduction française, Poésie Guarani se compose de plusieurs parties organisées de manière à former une véritable anthologie de la poésie guarani, avec tout d’abord des textes mythologiques issus de la tradition orale, puis des poèmes de la poésie populaire à la poésie lettrée. L’introduction sur l’histoire des Guarani, leurs croyances et leur poésie permet une lecture avertie des textes, d’autant que Rubén Bareiro Saguier y a ajouté une partie explicative consacrée à la langue guarani : présentation de la langue et de sa grammaire, avec traduction mot à mot d’une phrase d’exemple, puis classification phonologique de son alphabet qui permet de comprendre les sonorités de la langue.

Le recueil débute avec les poèmes mythologiques de la tradition orale guarani, tels qu’ils ont été recueillis par León Cadogan (1899-1975), ethnologue paraguayen défenseur du peuple Mbya-Guarani. Cadogan a eu l’opportunité d’apprendre leurs mœurs et leur langue et a réussi, par la suite, à gagner leur confiance. Invité et apprécié comme un compagnon, il a recueilli le mythe de la création guarani, qu’il intitule Ayvu Rapyta, « Le Fondement du langage humain » (ce sont ces « Belles Paroles » que reprendra Pierre Clastres dans Le Grand Parler, paru en 1974 aux éditions du Seuil). Cette première partie mythologique retrace la théogonie, c’est-à-dire les origines de Ñamandu, « Nuestro Padre Ultimo Ultimo Primero », et des dieux auxiliaires.

L’Ayvu Rapyta, ce texte sacré recueilli par León Cadogan, est suivi de l’Ayvu Rendy Vera, « Le Chant resplendissant », recueilli en guarani depuis les récits de Lorenzo Ramos, Benito Ramos et Antonio Martínez, et traduit en espagnol par Carlos Martínez Gamba. L’Ayvu Rendy Vera offre un mélange de prières sacrées et de comptines enfantines.

Si les récits mythologiques relatent la création de l’univers, les autres chapitres de l’anthologie sont consacrés à la poésie populaire et la poésie lettrée principalement du XXe siècle, innervées par des sujets tels que l’amour ou la patrie. Chants et comptines pour enfants sont également intégrés à l’ouvrage, offrant un panel large de la poésie guarani. Qu’il s’agisse des mythes recueillis et retranscrits, des comptines pour enfants, des chansons et des poèmes populaires, et à l’exception de la poésie lettrée, la plupart des textes de l’anthologie sont anonymes, signe de la transmission orale et de la dimension collective de la création poétique. Le recueil se clôt par des repères chronologiques sur l’histoire des Guarani.

Voici le sommaire du recueil de cette anthologie, accompagné d’extraits que j’ai souhaité mettre en lumière :

I – Ayvu Rapyta / Le Fondement du langage humain

Le premier poème de cette anthologie est un mythe issu de la tradition orale guarani : c’est la théogonie, soit le récit de l’origine de Ñamandu, le premier dieu dans la religion guarani, « Notre Père Ultime Premier », suivi du récit de la création des dieux auxiliaires, les «Très Hauts Vrais Pères des paroles-âmes / Très Hautes Vraies Mères des paroles-âmes. »

II. Ayvu Rendy Vera / Le Chant resplendissant

KA’AWY rakãre

karéta mirĩ.

Karevéro pu vera

kuaray meme vai.

Havia i ojaeo :

« ndawy ái ave », e’i.

DANS LA FORÊT

va la petite charrette.

Sonne, sonne la cloche

toute pleine de soleil

La calandre se lamente :

«Mon bonheur s’en est allé.»

Extrait des “Chansons enfantines”

III. Poésie populaire antérieure au XXe siècle

Adios pues, hermano kuéra, ja rohomíma ningo ore,

ore ko ja rohomíma presentávo ore rekové.

Adieu donc mes frères, nous partons à présent,

à présent nous partons, faire l’offrande de nos vies.

« Campement Cerro León », poème anonyme (vers 11 à 13)

IV. Poésie populaire au XXe siècle

Oiméne ynambu sevói pe ñure morotĩmba,

tetéu ijayvu joa jahasávo iñangekói,

hi’ã váicha che renõi che retãmi porãite,

ha oime che rembiayhukue che rechaséva avei,

che rayhúrõ gueteri ahayhu háicha ichupe.

Dans l’herbe à perdrix toute blanche,

Les cris des vanneaux effrayés,

Lointain appel de ma claire patrie !

Je t’aime encore, ô mon amie,

Te souviens-tu de notre amour ?

« Val Perdu » d’Enrique Torres (vers 21 à 25)

V. Poésie lettrée au XXe siècle

Hetaitépane avy’a

nde yvýpe aguahē jave,

nde che retã Paraguái

che ahõva nderehe.

Quel sera mon bonheur

lorsque je reviendrai !

O mon Paraguay,

ta nostalgie me hante.

« Distance » de Mauricio Cardozo Ocampo (vers 13 à 16)

Ha nde reipota,

reha’arõ,

reikuaa

oipeju aguĩva

yvytu pyahu

resãi, piro’y,

Tetaygua opavave

ko’ēju save’y pyturã.

Toi tu désires,

tu espères

tu sais

que se lève

un vent nouveau

plein de fraîcheur,

une aurore de liberté,

un renouveau

pour l’être humain à jamais.

« Toi » de Zenón Bogado Rolón (derniers vers du poème)

Pour en savoir plus sur l’ « Ayvu Rendy Vera / Le Chant resplendissant », voir le site Portal Guaraní.

Pour en savoir plus sur León Cadogan, voir le site de la fondation León Cadogan


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Collectif "Littératures autochtones", coord. Cécile Brochard (7 décembre 2023). Poésie Guarani (éd. Rubén Bareiro Saguier et Carlos Villagra Marsal). Littératures autochtones (Amérique - Australie). Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qyk8


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search