Refuser l’essentialisme : entretien avec J. D. Kurtness

par Hind Battoy et Chloé Wiart

J.D. Kurtness et les étudiant.es des masters Lettres et Histoire (photo courtoisie)

Cet entretien inédit s’inscrit en amont du festival “Paroles autochtones. Histoire et littératures du Canada contemporain” (14-16 mars 2024, Cosmopolis, Nantes). Nous remercions chaleureusement J. D. Kurtness pour cet entretien mené jeudi 2 novembre 2023 par Hind Battoy, Clément Carité, Sami Daoud, Théo Sénargous et Chloé Wiart (étudiant.es en Master Lettres et Master Histoire, Nantes Université). Nous remercions également Carole Reux, directrice de l’espace international Cosmopolis, pour son accueil bienveillant.

Pour citer cet article : “Refuser l’essentialisme : entretien avec J. D. Kurtness”, entretien inédit mené le 2/11/2023, transcrit par Hind Battoy et Chloé Wiart, carnet de recherche Littératures autochtones (Amérique – Australie), en ligne : https://litautochtones.hypotheses.org/1286


Romancière innue née en 1981 à Chicoutimi dans la province de Québec au Canada, J.D. Kurtness est notamment l’autrice de De Vengeance, un thriller qui se démarque par son originalité. Il a obtenu de nombreuses récompenses comme le prix Voix autochtones dans la catégorie « Livre prééminent en prose d’un écrivain autochtone émergent » en 2018.

“Comme la vengeance demande de l’énergie et du risque, il faut faire des choix. On ne peut pas punir tout le monde. On ne peut pas éliminer tout le monde, même si, à un moment ou un autre, ils finissent tous par vous taper sur les nerfs. Mais on peut se faire plaisir.” (De Vengeance, Longueuil, L’instant même, 2017)

Peut-on avoir de bonnes raisons de tuer son prochain et d’en jouir ? Selon la narratrice de ce roman, une jeune femme discrète au visage angélique, cela ne fait aucun doute. Le plus dur, pour nous, c’est de ne pas être d’accord avec elle…


Hind : Vous présentez-vous comme une autrice autochtone ? Si oui, comment l’exprimez vous dans vos œuvres ?

J.D. Kurtness : Oui, je me présente comme une autrice autochtone. Je suis Innue et j’écris, donc forcément je suis une autrice autochtone. En même temps, est-ce-que j’écris de la littérature autochtone ? Forcément, oui, puisque logiquement une autrice autochtone qui écrit fait de la littérature autochtone, mais j’ai l’impression que les gens parfois vont être un peu déstabilisés parce qu’ils ne s’attendent pas à la manière dont j’écris ou aux sujets que j’aborde.

Souvent, ils ne vont pas les lier avec la littérature autochtone ; c’est comme si on portait un certain regard colonial sur la littérature autochtone : on appelle ça le white gaze. On s’attend à un certain exotisme ou à une recherche de l’essentialisme. Puis quand ils ne le trouvent pas dans les écrits, ils vont avoir l’impression que ce n’est pas de la littérature autochtone. J’ai une collègue qui avait dit : « C’est comme si on essayait même de mettre les textes en réserve », comme une réserve “indienne” finalement, comme une communauté.

Je ne veux pas qu’on se limite à créer juste selon l’angle identitaire, l’angle de notre histoire ou selon un certain révisionnisme. Mais attention, il faut le faire, c’est très bien de raconter notre histoire mais il ne faut pas non plus s’y limiter. L’identité, c’est quelque chose qui me travaille profondément au niveau personnel mais ce n’est pas un thème que je trouve intéressant au niveau romanesque ou narratif. Donc c’est pour cela que mes romans ne portent pas l’identité comme thème profond.

Chloé : Nous avons tous ici lu votre roman De Vengeance ; dans ce roman la voix de la narratrice est si puissante que le lecteur peut presque instinctivement l’identifier à celle de l’auteur, et nous voulions savoir si vous portiez le même regard assez fataliste et cynique sur l’état du monde actuel et particulièrement sur la question environnementale ou si c’était plutôt une forme d’engagement détourné.

J.D. Kurtness : C’est un peu tout cela mais exagéré. Exagéré dans le sens où De Vengeance était vraiment une expérience de pensée, je voulais savoir ce qui pousse quelqu’un à passer du fantasme de criminel ou du fantasme de vengeance justement, à l’acte parce qu’on a tous des pensées intrusives, si on veut, et des envies parfois de démolir quelqu’un pour X raisons ! Mais évidemment, on est des gens civilisés et disons que le crime ne fait partie de notre arsenal d’options de résolutions de problèmes (rires).

Mais j’avais vraiment envie d’explorer une certaine personnalité limite où cette personne là, elle est, comme on dit en bon français, “tiltée”, elle a passé le point de non retour. C’était vraiment le but, et évidemment, il faut se mettre dans l’état d’esprit de cette personne pour écrire à la première personne, pour écrire au « je ». C’est assez immersif comme expérience. Il est clair que certaines pensées intrusives sont venues de moi, en tant qu’autrice, et finalement je les ai transférées vers mon personnage. Mais je n’ai pas ce niveau de hargne et de violence en moi (rires), je ne suis pas du tout comme ça !

Mais en même temps, est-ce que c’est militant ? J’aurais tendance à dire non. Certes, mon personnage a une forme de militantisme même si ses actions peuvent être très questionnables, mais moi je n’écris pas de la littérature engagée. J’ai l’impression que je n’ai pas assez de certitudes ou de réponses pour défendre avec conviction certaines choses, et je pense que ça ne fait pas de bonnes histoires si c’est trop un roman à thèse. Moi, mon job c’est vraiment d’écrire une bonne histoire, c’est là-dessus que je me concentre. C’est sûr qu’on a tous nos marottes, on a tous nos valeurs, moi aussi, et c’est certain que cela va imprégner ce que j’écris, mais je n’écris pas pour faire passer ces idées-là, j’écris parce que j’aime raconter les histoires. En fin de compte, j’aime mieux poser les questions que d’essayer d’y répondre.

Sami : Votre roman De Vengeance possède une trame narrative et une écriture très cinématographiques ; le cinéma a-t-il fait partie de vos influences lorsque vous avez écrit ce roman et, de manière générale, le cinéma influence-t-il votre écriture ?

J.D. Kurtness : Oui et non. C’est sûr que comme tout le monde je suis influencée par la culture populaire, les films et séries que je vois, ce que je lis, et toutes sortes de choses. Tout cela passe à la moulinette du cerveau jusqu’à ressortir dans ce que j’écris mais j’ai toujours eu ce style qu’on peut qualifier de cinématographique. Ce n’est pas volontaire, c’est la manière que j’ai d’écrire, ça sort comme ça. En fait s’il y a une démarche artistique dans ce que je fais, nous pourrions la définir de cette manière.

C’est un peu pompeux de parler de ça (rires), mais c’est la façon la plus claire que j’ai de l’expliquer. J’essaie qu’on ne s’enferme pas dans la forme ; ce que je souhaite, c’est que la lectrice ou le lecteur me lise et puisse voir l’action défiler dans sa tête sans s’enfermer dans le style ou dans de trop longues phrases. J’essaie vraiment d’avoir un style fluide pour qu’on puisse oublier que nous lisons, qu’on soit juste dans l’expérience de l’intensité ou du plaisir de la lecture, que ce soit comme un film derrière ses yeux, au lieu d’être une expérience où il faut se forcer à décoder les mots.

Théo : Vous êtes attentive à la culture populaire : êtes-vous sensible au traitement des personnages autochtones au cinéma, dans les séries télé ou les médias ?

J.D. Kurtness : Bien sûr que je suis attentive à la manière dont on représente les Autochtones dans les médias, les films et les séries. Avant, c’était très choquant, voire caricatural. Il y a de plus en plus une prise de conscience, ne serait-ce que parce que les gens ne veulent pas de mauvaise publicité ou de conflits. Les gens vont faire attention, même si ça vient d’une intention de faire de l’argent ou de marketing plus que d’une réelle envie de bien représenter la personne et d’être respectueux. Donc peu importe les raisons ; tant mieux si aujourd’hui les personnages autochtones sont moins caricaturaux ou moins unidimensionnels. Je pense que c’est important de voir qu’on est des gens comme tout le monde. Je parlais d’essentialisme dans ma réponse à la première question, mais c’est exactement cela dont il s’agit. Nous avons des mondes intérieurs aussi complexes que tout le monde et nous avons également des défauts. Les stéréotypes, ça peut être de manière négative mais aussi positive et moi, je me méfie des deux. J’ai l’impression qu’il faut représenter des humains avant tout, avec tout ce qu’ils ont de noirceur, de complexité, et de beauté aussi. Donc, je pense que quand une histoire est bonne, peu importe l’origine ethnique du personnage, ce sera riche et cela ne s’arrête pas juste à des personnages qui sont là pour représenter une certaine diversité ou une certaine image. Il faut vraiment aller au-delà de cela et présenter une image complexe et palpitante avec des personnages auxquels on peut s’identifier, peu importe l’ethnie ou la couleur de la peau.

Je n’ai pas donné d’exemples spécifiques car il n’y en a pas qui me viennent en tête, et je ne sais pas à quel point la culture européenne est différente de ce qu’on présente en culture québécoise. Nous, on est encore beaucoup au stade où on présente des faits historiques : on fait des séries télé pour faire de l’éducation populaire donc ça donne des résultats plus ou moins riches parce qu’on est encore, disons, en train de rectifier l’histoire. Mais de plus en plus on a des personnages qui apparaissent dans des séries qui sont plus contemporaines. Ils ne jouent pas juste le rôle de l’Autochtone, mais le rôle de la biologiste qui a vu quelque chose par exemple. C’est beaucoup plus palpitant dans ce sens plutôt que juste dans le sens « ah bah voilà, c’est l’Autochtone de service, ou la Noire de service ou l’Asiatique de service… » Je pense qu’on est au-delà de ça, j’espère !



Citer ce billet
Collectif "Littératures autochtones", coord. Cécile Brochard (2023, 19 décembre). Refuser l’essentialisme : entretien avec J. D. Kurtness. Littératures autochtones (Amérique - Australie). Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vffl

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search